5 CONSEILS PRECIEUX AUX NOUVEAUX BACHELIERS

Le Baccalauréat est le plus grand des examens scolaires nationaux, le premier diplôme universitaire et sans doute le plus ardemment cherché partout dans le monde. Ceux qui le réussissent méritent donc nos félicitations et nos encouragements. Bravo !!!!

Maintenant que vous avez votre ticket pour l’université, savez-vous réellement ce qui vous attend ?  Comment choisir parmi les dizaines de filières et d’options qui s’offrent à vous ? comment éviter les pièges de ce nouveau monde ?

Autant de questions auxquelles je me force de donner quelques éléments de réponse dans ce billet de blog. Bonne lecture donc !!!

 

D’Abord l’enjeu

La plupart des gens n’ont qu’un seul diplôme universitaire (pour ceux qui en ont). Les raisons sont très souvent économiques car les études supérieures sont chères ou sociale car mieux vaut être vite productif dans la société. Un étudiant est donc appelé à obtenir un diplôme et commencer sa carrière.

Dans ce contexte où vous n’avez qu’une seule chance, l’enjeu est donc de choisir un parcours pertinent et de s’outiller pour le réussir. Un mauvais choix fera de vous un chômeur en puissance.

Gardez donc cet enjeu en tête et gardez le bien.

 

Conseil #1 : Savoir choisir sa filière

Le choix de la filière est extrêmement important. La première erreur serait de laisser les autres choisir à votre place (parents, professeurs ou amis). Sachez que vous êtes le seul responsable de votre choix. Prenez des conseils et des informations auprès des autres mais insister pour prendre votre décision car c’est vous qui en subirez les conséquences.

Je vois très fréquemment des erreurs de choix comme choisir une filière:

  • Par tradition familiale,
  • Parce que les parents l’imposent,
  • Parce qu’elle est facile et comptabilise un faible taux d’échecs,
  • Par ce que la moitié des amis l’ont choisi également
  • Parce qu’un grand frère du quartier à fait la même filière et semble bien réussir sa vie
  • Par orgueil car elle est difficile et pas à la portée de tout le monde
  • Parce qu’il parait que ça recrute plus que les autres filières

Voici trois paramètres intéressant à considérer lors de votre choix de filière:

  • Votre personnalité
  • Ce qui vous plait et
  • Ce qui recrute

 

Votre personnalité

Votre personnalité à un grand rôle dans votre réussite car quoi qu’elles fassent, certaines personnes ne feront pas une brillante carrière dans certains domaines comme :

  • Une personne de profil « artistique» ne supportera pas un métier réglementé demandant peu de créativité et de prise d’initiatives (Banque, Assurance, Audit…)
  • De même qu’une personne de profil « conformiste» ne sera pas à l’aise dans des métiers peu réglementés et demandant de la créativité (architecture, décoration, cinéaste…)

Ces types de personnalité que je viens de citer (Artistique, Conformiste…) sont bien documentés et vous pouvez découvrir la vôtre en passant un petit test psychométrique. Ce test vous révèlera votre type de personnalité et les métiers qui vous rendront heureux.

 

Ce qui vous plait

Beaucoup d’étudiants sont habitués à suivre les autres sans jamais tenir compte de ce qu’ils aiment réellement. Pourtant, l’amour et la passion sont les meilleures sources de motivation pour avancer et persévérer. Choisir une filière qui débouche sur un métier qui vous parle et vous excite est un excellent choix.

 

Ce qui marche

Toutes les filières sont bonnes et utiles. Par contre, certaines ont moins d’avenir que d’autres en fonction de votre pays de résidence. Il est clair que les études de psychologie ont plus de débouchés en Finlande qu’en Côte d’Ivoire de même que le tourisme et l’hôtellerie auront plus de succès à Dubaï qu’au Mali. C’est pourquoi vous devez être prudent dans votre choix. Il n’est pas très conseillé de choisir une filière qui, au final, recrute très peu dans votre pays et ceux de la sous-région. Informez-vous donc auprès des agences de recrutement et de placement pour avoir leurs chiffres sur les postes compétences en vogue et les tendances dans 3 à 5 ans.

 

Faites maintenant le choix

Vous l’aurez compris, l’analyse de ces trois facteurs vous permet de choisir une filière qui vous parle, qui vous plait et surtout qui recrutera à la fin des études (si c’est bien cela votre objectif). Cependant, ce n’est pas forcément un exercice facile. Si vous n’arrivez pas à vous en sortir, ne paniquez pas car nombreux sont ceux qui n’y arrivent pas non plus. N’hésitez pas à faire appel à des professionnels de l’orientation qui vous aideront dans votre choix.

 

Conseil #2 : Bien choisir son université

Toutes les universités ne sont pas très recommandées pour toutes les filières et privée ne rime pas forcément avec qualité. Il faut donc faire attention à ce niveau.

Vous avez pris le temps de choisir votre filière. Maintenant, prenez le temps de visiter physiquement les universités qui proposent ladite filière et restez vigilent sur tous les aspects : l’apparence de la Direction, l’état des salles de classe et si possible, demandez la liste des professeurs qui donnent cours et renseignez-vous sur eux. Vous pouvez même aller plus loin en enquêtant de façon informelle auprès d’étudiants de classes supérieures. L’idée est de s’assurer qu’au-delà des annonces, l’université a les moyens de tenir sa promesse.

Une université qui propose de l’ingénierie informatique ne doit pas manquer d’une salle informatique moderne et bien équipée. De même, une université qui propose des filières de communication et de marketing ne doit pas avoir une Direction délabrée, un site internet mal fait, aucun professeur très reconnu et aucun studio télé ou radio.

 

Un dernier point et non des moindres

Certaines universités, sachant que ni les étudiants, ni leurs parents n’iront vérifier les informations se permettent de dresser de longues listes de partenaires et de reconnaissances. Assurez-vous que les diplômes sont vraiment reconnus par les autorités/organismes cités. Ne faites preuve d’aucune paresse ou négligence à ce sujet. Si une université ment sur ce point, elle peut mentir sur tous les autres y compris sur le niveau d’expertise de ses professeurs.

NB : ce conseil ne concerne pas les étudiants qui n’ont pas le luxe de choisir leur université. Ils devraient de ce fait se concentrer sur les conseils N°1 et N°3.

 

Conseil #3 : Savoir qu’on est plus au lycée

Beaucoup d’étudiants arrivent physiquement à l’université tout en restant mentalement au lycée :

  • Ils veulent que les parents, les professeurs ou la Direction de la Faculté continuent de leurs tenir la main
  • Ils observent scrupuleusement les heures de travail (ni plus, ni moins)
  • Ils n’apprennent que ce qu’on leurs demandes d’apprendre
  • Ils ont toujours en tête la subdivision « année scolaire » et « vacances »

Tout cela doit rester au lycée car l’université ne fonctionne pas ainsi. La première chose que vous remarquerez est que ni les parents, ni les professeurs, ni même la Direction de la Faculté ne vous mettront de pression. Ils supposent que la responsabilité doit changer de camp et que c’est désormais vous qui devez savoir vous mettre la pression.

A l’université :

  • Rien ne vous oblige à croire aveuglement à ce que les professeurs vous disent. La discussion contradictoire n’y est pas mal vue.
  • Les notes sont importantes mais plus autant qu’au lycée. Vous devez donc vous concentrer sur la compréhension de ce qu’on vous enseigne et non sur votre capacité à vomir ce qu’on vous raconte
  • Ce que le professeur donne n’est presque toujours qu’une petite portion de ce qu’il faut savoir. Il faut donc systématiquement pousser plus loin les recherches en vous documentant du mieux que vous le pourrez
  • Vous n’êtes pas en compétition avec les étudiants de votre classe (comme au lycée) ni même avec les étudiants des autres universités du pays mais plutôt avec tous les étudiants du monde qui font la même filière que vous. Cela est dû au fait que grâce à la mondialisation, un togolais peut venir prendre un post au Mali, un malien au Congo et un Ivoirien en Egypte.
  • Le parcours n’est pas linéaire avec deux ou trois possibilités. Plus vous avancez, plus il y a de ramifications dans votre domaine. Ne vous oubliez jamais et anticipez toujours les changements de l’année qui vient afin de vous assurer de toujours faire le bon choix

 

Conseil #4 : N’attendez pas de finir pour envisagez la suite

C’est une erreur d’attendre de finir l’université pour réfléchir sur le reste de votre carrière. J’ai par exemple commencé à travailler dans une société quand je ne faisais que la deuxième année de l’université. Un professeur m’a repéré et m’a proposé un emploi dans son entreprise. Un autre de mes amis, pendant qu’il faisait sa licence a postulé pour un poste prévu pour des BAC+5 avec 5 ans d’expérience. Les recruteurs ont vu en lui un bon potentiel et lui ont donné une garantie d’embauche après son master avec possibilité de financer une partie de ses études. Des exemples comme ça, j’en ai beaucoup d’autres.

Attention cependant. Je ne dis pas que tout sera facile au contraire. C’est d’ailleurs parce que ça sera difficile qu’il faut commencer tôt. Ainsi vous saurez bien assez tôt les exigences et vous préparer pour les affronter.

 

Conseil #5 : Ne négligez pas l’entreprenariat

Un jour j’écoutais une émission sur Radio France Internationale et un jeune disait être au chômage avec un BAC+5 en Physique Appliquée. C’est assez étonnant quand on regarde son profil mais ce type de situation est assez fréquent en Afrique.

Cela est en partie dû au fait qu’on crée plus de diplômés que d’emplois et que le peu d’emplois qui existent est convoité par des milliers de candidats d’ici et de la sous-région. Dans de telles conditions, l’entreprenariat peut s’avérer être une belle solution.

La mauvaise nouvelle est que très peu d’universités propose, dans leurs parcours, de vrais modules sur l’entreprenariat. Les étudiants sortent donc avec beaucoup de connaissances techniques mais peu voire pas de connaissances pratiques pour les mettre en valeur en créant une entreprise.

La bonne nouvelle est qu’ils existent aujourd’hui sur internet beaucoup de MOOC (Massive Open Online Courses) sur l’entreprenariat pour qui veut se former. Aussi, il existe maintenant dans nos pays des incubateurs qui acceptent des étudiants et proposent des formations et de l’accompagnement. On a par exemple Impact Hub, DoniLab, Createam et autres ici au Mali. Ne vous en privez pas.

Vous l’aurez compris. Que vous envisagiez de chercher un emploi ou de travailler pour votre propre compte en créant une entreprise, n’attendez pas la fin de vos études. Lancez-vous dès maintenant.

 

Conclusion

Voilà c’est tout pour moi. J’espère que la compréhension de l’enjeu universitaire et le soin particulier que vous porterez à votre choix de filière et de carrière vous aidera à aborder votre vie universitaire avec plus de sérénité.

N’oubliez pas que Doniyablown est une entreprise malienne spécialisée dans les questions d’orientation et de gestion de scolarité. Nous pouvons vous apporter les meilleurs conseils et accompagnements pour vous aider à faire les meilleurs choix en vous posant les bonnes questions. N’hésitez donc pas de nous contacter sur hello@doniyablown.com

Besoin d'aide ?

Laissez-nous connaitre vos besoins afin qu’un de nos conseillers pédagogiques vous contacte dans un bref délai.

Voir notre galerie